photos : Céline Ribordy

Ce texte rempli d’angoisse et de sensualité,nous montre deux solitudes qui cherchent dans l’autre un remède, un baume, la victoire, le Salut. Il donne lieu à un combat, à un duel, à une mise à mort inéluctable. Au travers de cette confrontation, Howard Barker aborde les dissensions qui peuvent naître entre hommes et femmes, entre jeunesse et vieillesse, entre fantasme et réalité, première et dernière fois, doute et certitude, naïveté et manipulation. Parcours initiatique pour l’un comme pour l’autre, la rencontre amoureuse est une épreuve aussi excitante que trouble dans laquelle nous jouons nos ego, notre ascendant sur l’autre, nos vies.

Selon Barker, dans le théâtre, il n’est ni message, ni compensation, ni consolation, ni didactisme, ni divertissement. Loin de résoudre des problèmes, il en réveille que l’on croyait à tort réglés, il en suscite que l’on n’aurait pas soupçonnés. Son travail questionne le réel, au risque de subvertir nos certitudes trop confortables et de nous infliger «ces dégâts subtils causés à une vie bien construite. Cette douleur est une nécessité. Le Théâtre de la Catastrophe n’est pas le réconfort d’un monde cruel, mais la cruauté du monde rendue manifeste pour apparaître comme beauté».

La Douzième bataille d'Isonzo

Texte Howard Barker
Traduction Mike Sens
Avec Elima Héritier et René-Claude Emery
Mise en scène Mathieu Bessero-Belti

Atelier corporel/chorégraphie Laure Dupont

Scénographie Hélène Bessero-Belti
Masques et costumes Gilles Brot

Création lumière Lulu Jacquérioz
Arrangement sonore Julien Pouget

Administration Nicolas Rovere
Coproduction CMA - Petithéâtre de Sion

Avec le soutien de l'Etat du Valais, la Loterie Romande, le Pourcent culturel Migros, la Ville de Sion et la Commune de Fully

Dossier de présentation